Join Us

                    

Links

Image result for house of kin

2017 Hospitality Suite Supporters

 

 

 

 

 

La FONOM : un secteur forestier stable est un élément clé de la prospérité économique de l’Ontario

Date published: 
Monday, October 21, 2013

Les municipalités du Nord de l’Ontario sont de plus en plus préoccupées du manque de progrès entre les groupes environnementaux et le secteur forestier du Nord de la province, en particulier parce qu’ailleurs des discussions ont mené à des ententes. L’arrêt des négociations a accru l’incertitude dans le secteur forestier de l’Ontario. C’est pourquoi le leadership provincial est immédiatement nécessaire pour protéger la viabilité du développement des ressources en Ontario.

« Nous continuons d’insister auprès de la première ministre, du ministre du Développement du Nord et des Mines, ainsi que du ministre des Richesses naturelles pour qu’ils fassent preuve de leadership et réunissent toutes les parties prenantes autour de la table de discussion. Il est clair que cela ne peut pas marcher si on ne réunit que les groupes environnementaux et l’industrie. Les municipalités, les groupes autochtones, les travailleurs et la province doivent faire partie du plan », explique M. Alan Spacek. « La forêt boréale, c’est chez nous. C’est aussi notre moyen de subsistance. Personne ne comprend mieux que nous le besoin d’une gestion et d’une exploitation durables de la forêt. Sans cela – nous vivons dans un vaste espace vide, des points de vue environnemental et économique. »

Depuis 2006, le secteur forestier canadien connaît des moments difficiles en raison de la crise économique mondiale. La production a atteint ses plus bas niveaux depuis 1976. Le redressement a, pour sa part, été timide. D’après Statistique Canada, la production du bois d’oeuvre a connu une baisse de l’ordre de 62 % en Ontario. D’un pic dans la production de 9,2 millions de mètres cubes de bois en 2006 à 2,8 millions de mètres cubes en 2012, l’Ontario n’a pas connu de rétablissement.

« Jusqu’ici, la province de l’Ontario a évité de jouer un rôle de premier plan dans ce dossier, attendant plutôt le résultat des négociations de l’Entente sur la forêt boréale canadienne. Celles-ci sont au point mort depuis le mois de mai. Il est temps de passer à l’action politique », d’ajouter M. Spacek. « Nous croyons qu’une rencontre réunissant toutes les parties prenantes, y compris la première ministre et les ministres concernés par ce dossier, est la meilleure façon d’avancer. »
La FONOM presse la province de revoir les précédents efforts de collaboration qui ont amené les différents intervenants à discuter des dossiers du Nord et de considérer en faire un modèle possible.

« Nous savons que le gouvernement provincial est capable de réunir les différentes parties prenantes et de créer les conditions favorables à la discussion, permettant ainsi de trouver un équilibre entre les besoins et les intérêts de tous ceux qui sont concernés et d’atteindre un résultat positif. Ce dont nous avons besoin maintenant, c’est que le gouvernement s’engage à agir immédiatement, avant que la situation ne nuise davantage aux collectivités du Nord » de conclure M. Spacek.
 
Renseignements :
Alan Spacek, maire

705-335-0001

 

www.fonom.org                                fonom.info@gmail.com

Website design by: Media Concepts inc.